Le Monde de Fanny

Ou mon univers et le monde du point de vue de ma lorgnette...

Le Web Analytics à la française en 2009 : enjeu, réalité ou peine perdue ?

— Article initialement publié au sein du site du Label Decisionnel

2009 est une année de crise on nous l’avait prédit.

Pourtant c’est aussi l’année où personnellement j’ai aussi choisi de m’investir énormement dans ce domaine du Web Analytics : et je ne suis sûrement pas la seul(e). Alors qu’en est-il ? Nous sommes à la mi-juin, l’heure de dresser un petit bilan…

L’activité en matière de Web Analytics

Une chose est sûre : en matière de marketing les entreprises (françaises ou même européennes) ont continué ou se sont mis à investir dans le domaine pour être sûre de rentabiliser leurs investissements. Eh oui, quand vous avez un budget restreint autant être certains que celui-ci soit bien placé. Du coup quelques sociétés, ou même entités juridiques ont réellement trouvé l’intérêt de contrôler leur taux de conversion, de surveiller de près la rentabilité des mots clés achetés,…

Deux grandes tendances (assez classiques) peuvent du coup s’observer d’un point de vue clientèle (j’entends par client toute personne, entité juridique, association, ou entreprise qui viendrait à utiliser un outil de Web Analytics) :

– certains ont découvert l’intérêt de cette discipline, et se lancent progressivement dans ce domaine (souhaitons leur bonne chance et surtout qu’ils n’hésitent pas à poser toutes leurs questions sur les différents blogs et autres sites cités dans les articles précédents)

– certains utilisaient déjà cette « science » et ont décidé d’approfondir encore leurs connaissances en la matière afin d’en tirer le maximum de bénéfices (à la fois financiers, mais aussi collaboratifs…), allant jusqu’à comparer les différents outils entre eux et (enfin) choisir un outil réellement adapter à leur besoin, selon leur budget…

 

La communauté française : un réel espoir

Ce qui est pour moi aussi plus que positif c’est l’ampleur que peut prendre la communauté du Web Analytics en France, notamment lors de rassemblement comme les Mercredi du Web Analytics (comme ce soir le 17 à Lille où environ 75 personnes sont déjà inscrites). Ces réunions où des gens se réunissent uniquement pour parler des difficultés et des réussites (car il y en a et de belles, croyez-moi) mais aussi pour se soutenir, se repasser les « trucs et astuces », réfléchir ensemble sur des problèmes actuels, sur l’avenir du domaine, …

2009 est donc aussi la réelle émergence des réunions communautaires sur le thème du Web Analytics en dehors de Paris, et en dehors du cadre formel de la présentation commerciale d’un éditeur. Je n’ai rien contre nos amis éditeurs, s’ils n’étaient pas là nous ne pourrions tout simplement pas travailler où en tout cas pas avec autant de liberté de choix, mais c’est justement cette liberté que je revendique. Il est bon de pouvoir avoir un esprit critique et ouvert sur chaque outil, et idéalement de pouvoir tester chaque outil dans les mêmes conditions (même si cela n’est faisable que dans le monde merveilleux de Candy).

Il y a peu de temps il a fallut que je justifie pour moi de l’intérêt de cette communauté et voilà comment je l’ai expliqué :

« Rencontrer des personnes du milieu, avoir leurs expériences, pouvoir débattre sur leurs difficultés, critiquer tels ou tels outils, ou manière de faire, se rencontrer et étrangement se remonter le moral sur le fait que nous ne sommes pas seuls à rencontrer les mêmes difficultés, et repartir tous avec de nouvelles idées, de nouveaux projets, mais surtout la foi et la certitude que ce domaine a un avenir certain. »

Voilà ce que c’est cette communauté des Mercredi du Web Analytics et si en juin 2008 on m’avait dit qu’un an après je serais à Lille avec encore plus de personnes grâce notamment à Nicolas Malo (dont vous pouvez voir son site ici), j’avoue très honnêtement que j’en aurais douté.

Mais il n’y a pas que la communauté, il y a un autre élément qui me fait dire que la crise ne touche pas complètement le Web Analytics est le recommencement de publication en français sur le Web Analytics (avec notamment Web Conversion de Thomas Faivre-Duboz et Rapahël Fétique aux éditions Dunod). Car s’il y avait bien le livre blanc de SQLi, celui-ci date maintenant de 2007.

 

Ce qui expliquerait que le Web Analytics s’en sorte bien

Il y a beaucoup de raisons. Déjà les grands experts vous diront que de toutes façons l’informatique n’est pas réellement le premier touché, mais le sera dans une deuxième ou troisième vague… C’est possible.

D’autres diront que le Web Analytics est trop lié au marketing pour être touché, qu’il a trop d’influence sur le placement des budgets pour être complètement supprimé du jour au lendemain… C’est sûrement vrai aussi.

Certains (que d’autres qualifieront d’ex-hippies) diront qu’en temps de crise les instincts communautaires reprennent toujours le dessus, et c’est ce qui explique l’effet de la communauté du Web Analytics. Ca doit jouer dans la balance en effet.

Alors il est certain que le domaine est voué à évoluer (et ce sera sûrement le sujet d’un autre article), mais que celui-ci existe, demeure et prend de l’ampleur. Cela est certain. Et parfois même il m’arrive de rêver de plagier une dame politicienne de son état, et de voir ce mouvement se lever et crier « CO-MMU-NAU-TE… CO-MMU-NAU-TE »  !!

Allez à ce soir pour une partie d’entre vous !

Fanny Le Béguec