Le Monde de Fanny

Ou mon univers et le monde du point de vue de ma lorgnette...

Génération Y… (bilan des 9 mois)

Oui je fais partie de la génération Y, née entre 1980 et 2000, je n’ai pas vraiment connu la guerre ou alors sensiblement toujours dans les mêmes pays (c’est à dire pas dans mon pays), j’ai en revanche connu l’ADSL, le walkman, le baladeur CD, les « tamtam » (et déjà la notion de tribus), … Je ne suis pas née avec une souris dans la main (contrairement à la génération qui me suit) mais j’ai grandit avec le bruit du 56K, en ayant à peine aperçu le minitel, en connaissant l’époque où des sociétés en « oo » faisaient fortune et étaient tendance, appris à parler avec Princesse Sarah, puis évoluée avec Hélène et les garçons, pour aujourd’hui ne regarder que des séries américaines en streaming et n’avoir une télé que pour la console de jeu… Et je ne vous parle pas de l’évolution musicale ! :)

Et j’en ai donc certains stéréotypes : demander pourquoi je fais quelque chose à chaque fois que je le fais, juste pour être certaine de cautionner la voie dans laquelle on m’emmène, partir sur le principe que j’aurais plusieurs employeurs dans ma vie, que je n’aurai certainement pas de retraite même si je cotise … Mais fondamentalement je vis très bien avec : la société évolue !

En parallèle j’estime aussi que c’est en équipe que l’on réussi le mieux et de manière la plus pérenne (le concept de tous ensemble dans le même bateau), qu’à un moment il faut quand même se préoccuper de l’impact de notre passage sur Terre et de ce que cela implique pour les générations futures…

Bref une pure « Y ». Je conçois que ce n’est qu’une liste de concept assez approximatifs, pas forcément tous logiques entre eux et que pour une personne externe c’est délicat de tout comprendre.

Cette semaine j’ai eu un conflit générationnel avec un de mes supérieurs (de génération « X »). Il me demandait ce qu’il me fallait pour rester dans un job. Je lui ai répondu du tac-o-tac : faire travailler mon cerveau tous les jours, m’éclater dans mon job et si possible avoir un salaire digne de ce nom. Ce n’est pas de la reconnaissance, c’est de la considération. Et c’est là toute la différence.

Mais le problème de ma génération, en tout cas de moi, c’est de répondre du tac-o-tac sans que cela passe pour de l’arrogance. Bref je crois que c’est pas gagné, j’espère juste que ce n’est pas le début du « ça part en vrille »… #tobecontinued