Le Monde de Fanny

Ou mon univers et le monde du point de vue de ma lorgnette...

Renouveler sa période d’essai ?

Tout est dans le titre encore une fois. Faut-il renouveler sa période d’essai ?

Souvent je me suis posé la question par principe, parce que la date fatidique de la fin de la période arrive et que intrinsèquement la question se pose. Cette fois-ci la question s’est posée mais à insister, jusqu’à ce que je puisse y répondre. Oui j’ai renouvelé ma période d’essai. Ou plutôt je l’ai prolongé.

En effet, les clauses de mon contrat indiquait une période d’essai de 4 mois avec un délai de prévenance d’un mois. Personnellement je ne savais pas trop à quoi cela correspondait jusqu’à ce qu’une amie m’aide à comprendre le principe. En gros (pour simplifier et par ce que je ne suis pas experte dans ce domaine) cela correspond une période minimale requise pour que l’employeur et l’employé prévienne l’autre partie de la validation ou non de la période d’essai. Si elle est validée alors tout va bien, et vous reprenez le cours de votre CDI au bout de 3 mois. Si elle n’est pas validée, il vous reste un mois pour valider vos incertitudes et vous refaites le point au bout des 4 mois. Mais en aucun cas vous ne pouvez vous retrouver avec un renouvellement de votre période d’essai, et donc vous évitez à coup sûr les 6 mois de période d’essai.

Le système apparait complexe mais s’est avéré pratique dans mon cas.

Je souhaitais renouveler ma période d’essai car il y avait des gros « flous » sur le périmètre de mon poste et de ma mission. Du coup pour moi comme pour mon DRH (qui s’est révélé être très compréhensif sur les raisons de mes doutes), la prolongation à 4 mois s’est révélée être une bonne solution. Cela a permis deux choses : envoyer une alerte à mes supérieurs directs concernant mes doutes, mais aussi avoir un mois pour en parler, s’expliquer et mettre en place des ajustements.

Un mois pour les ajustements c’est un peu court : pour avoir la certitude que chacun s’y tiendra, et pour tester la cohérence de ceux ci. Mais les discussions avec mes supérieurs ont permis de mettre les choses au clair de manière constructive. Surtout dans le cadre de création de poste, comme c’était le cas pour moi. Eux avaient une vision de mon poste, qui ne correspondait pas sur certains points avec ce que j’avais signé.

Voilà. Dans tous les cas je ne regrette pas d’avoir prolongé d’un mois. Tout comme cela m’a conforté dans le fait que pour mes anciens employeurs la réponse « Non » était logique et totalement justifiée.